Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous au Glacier Blanc

par Cyril D 3 Juin 2012, 18:29 alpinisme

Pic Glacier Arsine voiedesmarseillais2
Ce week end rallongé du 26 au 28 mai mène Simon, Sylvain, Jean luc, Sébastien, Thierry et Cyril vers l'ascension de la Barre des écrins. Autant rompre le suspens rapidement, ce ne sera pas pour cette fois, les 50 à 100 cm de neige lourde à brasser, s'ils ont freiné les skieurs au Dôme, nous ont réorientés vers les face sud du Massif, Roche Paillon et Pic du Glacier d'Arsine.
C'est donc des journées à thème qui se sont organisées spontanément, commençant par la montée au refuge avec un thème "solidarité immuable de cordée", lorsqu'il faut ralentir le rythme, se partager le contenu d'un sac trop lourd pour un montagnard maltraité par le MAM. Les 0-3000 du Marseille-Glacier Blanc ont déjà fait des dégâts et en feront encore. Le mal des montagnes frappe n'importe où, n'importe qui...et ça fait mal ! Il n'y a pas qu'au dessus de 8000 m que les marmottes à peine sorties de l'hibernation ont droit à la lancinante incantation : "les gars, laissez moi là, je ne peux plus aller plus loin, c'en est fini pour moi" !!
La course du lendemain s'orientera vers Roche Paillon, juste derrière le refuge du Glacier Blanc. Les conditions de neige pour grimper en face sud ne sont qu'un prétexte. L'objectif est de ne pas avoir à se taper la raide montée du refuge depuis le glacier. Profitons-en pour rappeler que si nous humains n'avions pas des pratiques destructrices de notre belle planète, entre autre, le beau Glacier Blanc nous amènerait, amicalement à hauteur du refuge, plutôt que de nous laisser face à quelques centaines de mètres de neige bien raide et profonde, histoire de parfaire notre échauffement et d'enfoncer définitivement le malade du groupe.
Roche paillon
Roche Paillon, courte marche d'approche dans la neige pas encore dégelée, puis 400 m de beau couloir à 50° gravi alternativement dans une jolie profondeur de neige solide et en pointes avant dans une coulée gelée, pour finir sur un magnifique levé de soleil et l'arête mixte liliputienne vers le sommet. Notre projet nous amène ensuite, toujours en arête mixte vers le Pic Emile Pic puis la descente en voie normale vers le refuge.
Mais c'était sans compter sur l'évidence qui nous apparait en haut du couloir, avec la lumière du jour. Le mauvais temps est à l'ouest...au sud...et au nord. La redescente du couloir ne nous attire pas trop, le dégel commence à laisser tomber les pierres, le rocher délité ne va pas simplifier l'installation d'éventuels rappels... et puis c'est juste raide ! On peut poursuivre jusqu'au bout coute que coute, ou aller chercher une meilleure réchappe un peu plus loin. C'était la bonne solution (?), et notre choix, mais n'ayant rien trouvé, à part une désescalade de neige, vraiment très raide et improtégeable, retour au couloir et reprise de l'entrainement aux techniques de réchappes, mains courantes, rappels, assurage dynamique, descente face pente technique française, allemande,...marseillaise, selon !! Le tout sous la neige tombant lourde, collante et très abondante.
Ce dimanche, c'était journée "raison et réchappes"...
Roche paillon2
Dans la soirée, en regardant la neige tomber depuis les fenêtres du refuge, la décision est prise, demain, nous irons faire le Pic du glacier d'Arsine, par le couloir oblique.
C'est parti, faute de nous avoir préservé de brasser la neige profonde, le départ au petit matin nous a rendu invisible le couloir oblique. Impossible à repérer malgré topo + photo, prise de jour (!!), d'un point de vue inhabituel et avec un enneigement bien différent de celui dont nous profitons.
Ascensions en Neige et Mixte - Tome 1 : Écrins Est, Cerces, Queyras - Sébastien Constant
A force d'aller voir plus loin si l'entrée du couloir n'y est pas, elle n'y est pas, mais surtout, la voie normale, elle, devient la seule issue. C'est alors que nous apparait, sur les pentes à droite, cette belle langue de neige, appuyée sur un contrefort rocheux. Elle est tellement attirante que, avant même d'être à sa base, nous la baptisons, alternativement "directissima d'arsine", "voie des Marseillais" (original), "couloir face Barre Noire", "petite belle de mai" ou "info trafic sur la voie normale".
Une première plaque de neige peu inclinée, pas trop protégeable, un relais en base du couloir, un plaquage glacé très fin et rocher délité sur les 20 premiers mètres, protégés sur l'éperon rocheux à gauche, puis à tribord toute, encore une fois dans de la belle neige qui porte, jusqu'en haut. Pelle, corps mort, relais et montée des seconds, avant un sprint (authentique) vers le sommet...
Ce lundi, le thème était à l'improvisation et à la franche rigolade...qui a continué à la descente par l'arête ouest, un petit couloir mixte et de grandes, grandes descentes ramasse, jusqu'au glacier, puis jusqu'au Pré...
Pic Glacier Arsine voiedesmarseillais-copie-1
Encore un week-end où des objectifs se transforment en exercices, on apprend à réfléchir, à rester groupés, à utiliser tous les chapitres du "Guide de la Montagne" et grâce à ces fondamentaux, à improviser.
C'est confirmé, la Barre est toujours aussi belle, on reviendra.

commentaires

Haut de page