Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Toit Branlant

par Christophe F 10 Mai 2013, 10:44 terrain d'aventure

 photo 1

voilà un joli nom, propre à susciter deux réactions opposées :

pour le grimpeur de couennes et de voies équipées, une irrépressible envie de fuir ...

pour le grimpeur de TA, une brusque montée de désir, un filet de salive coulant au coin des lèvres

Pour ce dernier, pas de doute, c'est la voie qu'il lui faut. Car tout y est :

-une approche délicate avec des rappels délirants et définitifs : le dernier enlevé, la seule issue est

vers le haut (ou le bateau stop, ce qui aurait été possible ce jour là tant il y avait de passages de

canots, voiliers, navettes, esquifs divers ... )

- une face austère au rocher noirâtre, zébrée de cheminées et gorges profondes, verticales, voire

surplombantes

- un cheminement tordu, pervers, où le grimpeur ne cesse de se poser des questions existentielles :

« où vais-je, où cours-je, dans quel état j'erre ... »

- des «choses» diverses que la décence m'interdit de nommer équipement, qui vont du piton virtuel

(je dis virtuel car il a l'apparence extérieure d'un piton, mais, au fond de lui, son âme est noire,

irrémédiablement corrompue par des années d'attente et d'impatience qui l'ont rendue susceptible,

acariâtre, peu encline à supporter les sollicitations trop pressantes du grimpeur apeuré),

aux cadavres de sangles blanchis par le soleil

- et enfin, le meilleur, le rocher, fortement atteint d'érésipèle, qui n'attend que la main secourable du

grimpeur qui viendra le soulager de ses démangeaisons et lui enlever ses épaisseurs de croûtes

mortes

Voilà, je pense avoir tout dit, définitivement découragé certains ou bien aiguisé les appétits

d'autres ...

Pour ces derniers , je rajouterai que cette voie est vraiment magnifique, par l'ambiance, d'abord,

exceptionnelle, d'une beauté à couper le souffle, par les émotions suscitées qui resteront dans leur

mémoire et enfin par l'escalade en elle même. Cette escalade, plutôt athlétique, se déroule

principalement dans des cheminées parfois verticales, des boyaux, et offre une grande variété de

mouvements dans un niveau raisonnable (5C+ max, les cotations décrites sur le site C2C sont

correctes). La règle, pour se faire plaisir, est d'utiliser au maximum les positions en écart, pour

soulager les bras, de ne jamais foncer tête baissée, tel le bourrin moyen, vers un passage

surplombant, mais ruser, passer légèrement à coté, il y a toujours un cheminement moins raide.

La voie est truffée de trous, de formes oblongues , de fissures larges, de reliefs vraiment étonnants,

offrant une grande variété de protections aisées à placer : nombreuses lunules, pièges à hexantrics et

friends moyens à gros.

Passons maintenant à la description détaillée, toujours « clé en main » :

Approche :

  photo 2

Du parking de la Gardiole prendre le sentier rouge qui descend sur En Vau. Bien avant la plage,

prendre un sentier montant à droite (sigle grimpeur en bleu sur un bloc) vers la brêche de Castelvieil

Rejoindre la voie normale pour accéder au plateau de Castelvieil, la cheminée du CAF, 10 m à

grimper sur un rocher très patiné (spits). (On peut aussi commencer par la Ramond en descendant

dans le «trou du Canon» mais c'est beaucoup plus long).

Sur le plateau, marcher sur le bord droit sur 150 m environ, descendre vers une large terrasse en

contrebas (sentier marqué + cairns), en direction d'un grand pin, placé au dessus de la sortie de la

Ramond. Le relais du premier rappel se trouve quelques mètres à gauche de cette sortie. En tout

cela fait environ 1h 40

Accès :

photo 4     

 photo 3

un premier relais de 45 m nous amène au milieu de la traversée Ramond. On continue à

pied cette traversée en restant encordé (sur un brin), on peut se protéger en plaçant des sangles sur

des arbustes. On arrive alors sur un premier relais équipé, celui de la voie rêve de pierre. Il faut aller

plus loin, passer derrière un arbuste après lequel on trouvera le relais des rappels de «la sans retour»

(anneau et chaîne). Trois vieux pitons servent de repère.

 

 

A partir de là commence le grand Barnum ! Il va falloir jouer les trapézistes volants et commencer

les grands travaux acrobatiques car ces rappels tirent tous fortement vers la droite nous obligeant à

force traversées, pendules, tractages divers, un peu fastidieux. C'est impressionnant mais pas

dangereux, des scellements avec cordelettes permettent au premier de clipper et placer le rappel en

travers. Il faut être patient et méthodique : descendre, penduler, aller attraper la cordelettes, tracter,

se vacher, mettre une dégaine, clipper le rappel, redescendre et recommencer, pendule etc...

On arrive sur une vire, à 5-8 m au dessus de l'eau. De là part la «sans retour» et l'approche de notre

voie.

photo 4 

Nous voilà à pied d'oeuvre, cela fait déjà

 

3h30  depuis la voiture !

Topo :

 photo 5

- De la vire une marche/escalade (départ de la sans retour), en restant de niveau. On contourne un

pilier, (on laisse la sans retour à gauche), le tirage impose de faire un relais (R0) sur le fil

(2friends).

- De là, contourner l'angle, juste derrière, on trouve un piton rouillé, puis un peu plus loin , deux

autres piton rouillés (ancien relais ?). La traversée est délicate, un bon 5c, on peut s'aider de ces

pitons mais, vu leur état, mieux vaut ne pas être trop brutal avec eux ! En continuant on entre au

fond d'une gorge où démarre la cheminée de la voie. Relais (R0') sur coinceurs.

photo 6

Matériel : -

 

rappel de 50 m

- 8 dégaines à rallonge + 2 normales

- 6 ou 7 grandes sangles 120 cm + mousquetons libres

- un jeu de 8 friends 0,5 à 3

- 5 cablés moyens

- 4 hexantrics moyens biens utiles

voie qui se protège bien, grosses fissures, nombreuses lunules, (beaucoup déjà posées mais

vieillissantes, elles indiquent au moins la voie).

Horaire :

 

on a pas été des flèches, mais bon …l'important c'est d'arriver !

départ voiture : 9h30

au 1er rappel à Castelvieil : 11h10

à la vire, au départ de la sans retour : 13h05

fin de la voie : 18h30

voiture : 20h30

bière au O'Brady's : 21h30

Quelques photos :

 

Relais au départ de la voie (R0')

photo 7

L1, 4+ puis 5c

photo 8

L1 vue du relais R1

photo 9

R1, relais sur 1 spit et point de renvoi sur deux friends

photo 10

L2, 5b mais renfougne pénible et chipseuse, pas facile à protéger

photo 11

sortie de la renfougne

 photo 12

R2, relais sur lunules

photo 13 

R3, lunule et friend, point de renvoi sur un piton

photo 14

à droite du relais, le «champignon» (dixit le topo C2C), je dirais plutôt la verrue ou la pustule

  photo 15

la longueur précédente a été bien chipseuse. Bien tester les prises

L4, bien raide et physique, 5c, puis surplomb 5C+ juste avant le relais

photo 16 

Longueur encore bien chipseuse

 photo 17

Ouf ! Le surplomb est passé. Arrivée à R4

 photo 18

L5, un départ pas si commode, un bon 5c , la fin est plus facile

photo 19 

fin de la voie , R5 sur l'arbre

 photo 20

un visiteur sur le sentier , près de la maison forestière

 

photo 21

commentaires

Haut de page