Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diedre candau

par Alpinisme Escalade ski randos spé au CAF Marseill 26 Août 2014, 17:01 terrain d'aventure

Venu déja plusieurs fois au refuge du soreiller,ça faisait longtemps que je lorgnait sur cette voie à gauche des tours rouges dans l'aiguille orientale du soreiller  dont la rampe immense  semble monter jusqu'au ciel.C'est chose faite.Accompagné d'un alpiniste très modeste(on ne peut pas dire grimpeur)je me dis que se sera l'occasion de faire cette voie aux cotations pas très élevées cette année(5b max,5a obligé);la dibona et visite obligatoire ou la madier se sera pour une autre fois.

Après une approche en crampons nous arrivons au pied de la voie

 

trace-diedre-candau.JPG

J'attaque par une petite longueur facile, en traversée à droite dans du III.S'en suit une longueur en IV dans un diedre mouillé.Pour l'instant aucun équipement en place à part 1 ou 2 pitons pour les relais.Ensuite longueur de transition dans du III où il faut se diriger vers un autre dièdre qui menera au début de la rampe.Aucun équipement en place.Le diedre assez raide qui mene à la rampe se fait en 2 longueurs et est coté 5b.On trouve enfin quelques  pitons  mais c'est tout de meme très espacé  et j'en profite pour rajouter quelques très petits friends voire des ballnuts.Toutefois la chute est interdite et les protections éloignées.La sortie pour atteindre la rampe est meme très gazeuse et largement sous cotée pour du 5b(un pas malcommode en traversée et en devers pour atteindre le relai ça ressemble plutot à du 6a...)

100_1988-copie-1.JPG100_1995.JPG

 Ensuite on monte la rampe en 5/6 longueur.Le gaz se creuse,l'ambiance est grandiose.Toujours des pitons parfois très espacés jusqu'à bien 10m après un relai et assez peu protégeable

100_1992-copie-1.JPG

Enfin la sortie de la rampe,je commence à m'inquiéter,il est déja 15h30 et on ne voit pas la sortie vers la breche.Encore 2  grandes longueurs où il faut chercher le cheminement et nous arrivons vers 17h à la breche à 3250m d'altitude.

100_1997.JPG

S'en suivra une très longue descente en face est où il faut, toujours et encore trouver le cheminement et parfois désescalader dans du terrain assez raide et instable.Quelques cairns et rappels nous indiquent le bon chemin. Trop lents nous arrivons à la nuit tombante sur une vire impossible à désescalader au dessus du cirque et du  refuge du soreiller que nous voyons   300m en contrebas.La nuit sera très dure,il se met à neiger et nous nous blotissons à deux sous une seule couverture de survie que nous avons.Le lendemain enfin nous pouvons regnagner le refuge du soreiller épuisés par une nuit blanche et froide mais sains et saufs

Remy Helmer 

commentaires

Haut de page