Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chutes Soubeyrannes

par Rémi S 30 Août 2011, 15:08 escalade

canail2.jpgc'est l'histoire d'une cordée cool qui se décide pour une matinée chaude à canaille
"ça te dirais la "Crespi-Gugliarelli" au secteur Draioun, c'est du 6b avec quelques points d'A0 en bas et en haut"
"oui, ça doit être cool, ça sonne comme un nom de belle voie, y sont célèbres ces 2 là"
et c'est parti pour 25 minutes d'approche, un couloir dégueu pour descendre, un plat, un petit couloir dégueu pour monter et une corde fixe.
on est au pied et on s'équipe.
seb: "je commence, comme ça t'a le 7a en deuxième longueur, tu l'essayes...au pire tu l'azerote(A0te) ........bon c'est chips le rocher hein, mais c'est toujours comme ça en bas à canaille, après ça va être meilleur.
en fait de L1 c'est 3 pas de bloc type rouge chez "grimper" entrecoupés de vires poussiéreuses.
L2 c'est : toit bien balaise mais prisu pour les grands, effectivement en A0 c'est mieux ...puis 6b mais toujours chips.
L3 c'est très joli, un pas de bloc bien teigneux au départ dans un devers avec juste la place entre deux bitards pour passer les fesses, puis le rocher change, on monte dans une cheminée ouverte, en opposition de pieds et on sort sur un éperon improbable. problème le grès est fondu et recouvert d'une couche qui s'effrite par place. maintement c'est carrément crunch .
Par contre le relais est dans une conque concave en nid d'abeille, c'est beau mais ça donne une bonne idée du rocher...
L4 : un dièdre évasé aux prises de mains en aplat, engagé... et on sort dans un toit puis un mur en calcaire gréseux qui se passe en A0(non coté en libre) sans prise de mains.
on sort dans du 4 brisé que ne renierai pas la saint victoire.
L5 : court 5c puis vire vers la gauche, dans un nouveau rocher mi poudingue de galets, mi sable compressé très abrasif.
L6: ça monte de nouveau dans du rocher chips, puis ce sable compressé aux aplats abrasifs sur 1m50 puis poudingue.
là je suis dans un petit toit, une prise de mains que je ne tiens presque plus, les pieds sous le dévers, sur les pointes, 1m50 au dessus du point et 1m50 sous le suivant.... allez rémi engage, va y...
je charge le pied droit et la main droite, je prend un petit bitard à main gauche en épaule, je le charge progressivement............et pfiout, il me reste dans la main...instant d'éternité, si surpris que pas un cri, basculement long et long et long mais qu'est ce qu'il fait seb, putain je vois le sol arriver...faut que ça s'arrète......................élastique qu'on tend, soulagement...un bol vol de bien 7/8 mètres. Seb était sous le toit de la vire et ne ma voyait pas, donnant sa brassée pour ma montée.
les mètres ça s'accumule vite...tout compte fait un bon 1m50 au dessus du point, un bon mètre de brassée, un mètre 50 de déplacement de seb sur la vire et 20 mètres d'allongement de cordes à double...ça les fait.
seb me redescend tout tremblant, on boit un coup...on décharge l'adrénaline.
j'y retourne car je sais que si je ne finis pas, si je n'exorcise pas tout de suite, là , dans l'instant, j'en ai pour des mois de flippe et de peur et de renoncement.
j'y retourne, j'y retourne au mental et à la rage, j'y retourne et j'arrache le morceau jusqu'a la dégaine suivante, puis poudingue verticale sur quelques mètres; c'est pas cadeau... puis traversée gazeuse, c'est plus facile, j'arrive à une vire qui coupe la voie, je vois que le dernier toit en grès n'est pas meilleur, très fracturé...
Seb monte. on s'échappe par la vire, la dernière longueur en 6b ce sera pour une autre fois...ciao bella !!!
en fait y aura pas de prochaine fois, cette voie de M... jamais elle me reverra...
allez salut à tous...a la prochaine Cap Canaille que j'aime

canail3.jpgcanail.jpgDSCN3090.jpg

commentaires

Haut de page