Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cascades aux Freaux

par Christophe F 28 Février 2011, 10:57 alpinisme

    28-une-vue-de-reve.JPGVoilà un petit compte rendu de notre semaine de cascade sur La Grave. Une semaine passée au village de Fréaux dans un petit gîte (« le camp de base ») tenu par Eric Loubié guide de Haute montagne.

Nous y étions un petit groupe de 6 : Jean, Roland, Roger, Patrice, moi-même et Christiane, Nicolas nous a rejoint 2 jours.

L'ambiance y a été chaleureuse, chaque participant s'occupant de préparer un repas original à tour de rôle. L'alcool a coulé à flot ! De quoi nous donner des forces pour la journée car on n'a pas chômé, une cascade par jour, on a écumé le secteur. Les conditions ont été bonnes, sur tout la face nord : peu de neige, approche aisée (quoique raide), bonne glace. En revanche tout le secteur sud n'était plus en condition. Voici le programme :

1er jour : après la longue route on attaque bille en tête dans la « colère du ciel » (3/3+, 5L), deux cordées , moi avec

Roger, Roland et Jean. Patrice et Christiane, arrivés la veille, sont partis le matin, on les croise en montant.

Christiane descend clopin-clopant : elle s'est déjà pris un gros glaçon sur le genoux. Il faut dire que la

cascade était fréquentée : 27 personnes y ont été comptées ! Non , fallait pas y aller, mais bon, quand les

crampons démangent ...

2ième jour : plus sérieux « la croupe de la poufiasse » : un bon 4+ bien raide à la 3ième longueur, 2 cordées ,

Roland avec Patrice, moi avec Jean et Roger. J'avais déjà fait cette voie il y 4 semaines, elle n'a pas

changée : gaz et douche à tous les étages, les Gore Tex atteignent leurs limites : il faudrait des cirés !

La fin de la longueur est pauvre en glace, on se retrouve sur le rocher, les crampons manifestent

bruyamment leur mécontentement, moi aussi, j'aime pas le mixte !

3ième jour : de la neige fraiche étant tombée pendant la nuit, on décide, sur les conseils d' Eric, d'attendre un jour de

plus pour aller au Vallon du Diable, vallée réputée avalancheuse. En attendant on fera une petite cascade

de 3 L « la goulotte d'Astaroth » (3-4-3+). Christiane est revenue parmi nous, nous faisons 3 cordées

de2. Roland casse une lame dés le départ. Comme il part en tête, il récupère un des piolets de Roger qui

va « s'amuser » à tenter désespérément de planter la lame tronquée dans la glace dure.

4ième Jour : grand départ pour le Vallon de la Selle (dit aussi vallon du diable du nom du petit ruisseau qui le

parcourt). Il faut environ une heure de route depuis Les Fréaux pour arriver au parking final, au-dessus

de St Christophe en Oisans. La marche d'approche est aisée, la trace est faite et il y a peu de neige.

On met environ 1 h 45 pour arriver à la cascade choisie : « les larmes du chaos ». (4L, 4)

Le temps est couvert, il neige un peu, et, parfois, un petit vent glacé nous caresse, tous les plaisirs de la

cascade, quoi ! Les deux cordées s'élancent : Roland et Jean, Roger, moi et Patrice (Christiane, pas

encore tout à fait remise, fait le reporter de l'autre coté du vallon). Tout se passe bien, jusqu'au dernier

relais, on est les derniers à passer le rappel, les gestes s'enchaînent, … chouette !, on sera rentré tôt pour

l'apéro ! Et, là, enfer et damnation … , le rappel ne vient pas. On a beau s'échiner, suer, tirer, jurer, rien n'y fait. Je suis obligé de remonter, refaire les 2 dernières longueurs, protégé par un Machard sur le rappel. Enfin, protégé, c'est beaucoup dire ! La cordelette,gelée, ne bloque pas vraiment ! Je repose

donc de nouvelles broches ( au moins je n'irai pas plus bas !). Arrivé au relais je n'ai pas d'autre

possibilité que de passer la corde dans un des maillons de la chaîne, une chose que, en théorie, on

interdit de faire, mais là, c'est le seul endroit où elle peut coulisser correctement, et je n'ai pas de

maillon rapide à laisser. Par la suite tout se passe bien, (on a quand même perdu largement plus d'une

heure dans cette histoire !). Jean et Roland rentrent sur Marseille.

5ième jour : on va grimper à « Caturgeas » 3/3+), en face sud. Nicolas nous rejoint le matin. Les conditions semblent bonnes. La glace est assez abondante. Malheureusement, au bout de 3 longueurs, le soleil illumine déjà le haut de la cascade (depuis 10 h), des blocs de glace commencent à tomber, la glace fond. On décide alors de redescendre au plus vite. En cette saison, cette cascade ne se fait plus. Patrice et Nicolas vont se finir les bras dans le « Pylone » (2L, 3+)

6ième Jour : j'avais l'intention de retourner avec Nicolas au Vallon du diable pour faire les « Hémos à Godo »,

malheureusement il neige fort, aussi, cette vallée étant avalancheuse, il semble plus prudent de se

rabattre sur une petite cascade à gauche de « Caturgeas », « mini-moulins » (4 L, 3+/4). C'est une très

belle cascade constitué d'une succession de ressauts assez verticaux (notamment les 2ièmes et 4ièmes).

La glace est un peu limite, très creusée, pas toujours excellente pour brocher. Elle vit sans doute ses

derniers jours. Le retour se fait en rive droite, en 5 rappels très bien équipés.

7ième et dernier Jour : une petite journée, c'est la fin de la semaine, on va se lancer dans une cascade relax,

« la nuit sera fraiche » 3/3+, 3L. Elle offre quand même de beaux passages, le 1er et le

dernier. Au départ on commet une petite erreur, on démarre en fait dans « les étourdis », ce

qui nous oblige à retraverser à gauche pour rattraper la 1ère longueur de « la nuit sera

fraiche »

En fin d'après midi, la récompense, une bonne bière à La grave, face à la Meije !

Et voilà, il ne reste plus qu'à revenir à la civilisation, un long et terrible retour, le lendemain, dans des bouchons interminables, (7 h pour aller des Fréaux à Aix … un record !)10-20Roger-20part--20je-20le-20suis.jpg  enfer--3-.pngenfer--8-.jpg

commentaires

Haut de page