Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Randonnée ânière du groupe famille en Capcir

par Françoise et Céline 11 Septembre 2016, 16:39 famille

Groupe famille 10 participants (4 familles, soit 5 adultes et 5 enfants de 6 à 12 ans)

6 jours du lundi 1er au samedi 6 août, Locations de 2 ânes, Balthazar et Gispet, à Vagabond’ane (Rieutort, 66), 50 € par âne et par jour

Lundi : Rieutort (1517 m) - Barraca de la Jaceta (vallée du Galbe, 1640 m)

Une heure pour préparer les ânes, départ dans la brume qui s’estompe vers midi – chemin des dans les prés jusqu’à Fontrabiouse, montée dans la forêt pour rejoindre la vallée du Galbe, où l’on suit la piste « haute » jusqu’à la barraca de la Jaceta.

Eau à la source proche, tentes au bord de la rivière, seule zone où les feux sont tolérés. Bivouac très frais dès que le soleil a disparu. 3h de marche, 8 km, D+ 250 m

Charger les ânes est tout un art ! Chacun doit revoir et optimiser son paquetage pour que ça rentre. Une sacoche par famille. Deux sacoches par âne. Adultes et enfants portent un sac à dos. Ne pas se tenir trop près de l’arrière train des ânes … En effet, ces derniers « caguent » en marchant. On ne citera pas les victimes ...

Pour le barbecue chamallow du soir, chacun se prépare un bâton en forme de pique et c’est parti ! La cuisson est variable, de carbonisé à légèrement caramélisé ... En soirée, nous avons la visite d’un troupeau de vaches et taureaux qui passent leur chemin devant notre campement.

Nos petits citadins sont impressionnés par ces animaux qui se déplacent seuls et en nombre.

Chamallow !!

Chamallow !!

Mardi : Parking de la Jaceta – Estany Secs (Camporells, 2280 m)

Rude et lente montée par la forat de la Caixa (pique-nique, les ânes rechignent)-col 2330 m-eau à la source juste avant le refuge des Camporells (2240 m)-bivouac près du lac Secs. Journée ensoleillée assez chaude. 5h-5h30 de marche, env. 8 km, D+ 750 m

Un chien que nous prenons pour un chien gardien de vaches fait route avec nous. Il est joueur et les enfants l’adoptent immédiatement. Ils le surnomment Coco. Le bivouac est installé près d’un lac. Nous nous y baignons puis les enfants disparaissent dans la nature : ils partent en « explo ». Coco passe la nuit au campement.

Randonnée ânière du groupe famille en Capcir

Mercredi : Estany Secs –Estany de la Pradella (Bouillouses, 1960 m)

Vague sentier pour rejoindre le GR tour du Capcir en passant par le lac de l’Herbier.

Le GR traverse des prairies d’altitude, passe devant la cabane de la Balmeta (ouverte à tous, le berger a monté une yourte à coté de la source ; il y a beaucoup de cabanes ouvertes en Capcir…) et rejoint le GR10 au bout du lac des Bouillouses. 2 gués difficiles pour les ânes avant de longer le lac, par le GR Tour du Carlit, pas très facile non plus…

Pla des Bones Aures, zone d’arrivée des navettes qui desservent le lac des Bouillouses, c’est la foule ! Altercation avec un kéké qui a tenté de monter sur un âne, descente à l’Estany de la Pradella par une large piste, camp en balcon au-dessus du lac. Bon soleil, vent doux. 5h30 de marche, env. 12 km, D+ faible

Les enfants discutent tout en marchant et ne voient pas le temps passer. Nous campons près d’un lac et avons, cette fois ci, la visite d’un troupeau de chevaux. Nuria caresse l’arrière train de l’un d’entre eux et prend un coup de sabot au genou.

Randonnée ânière du groupe famille en Capcir

Jeudi : Estany de la Pradella – Jas de Bernardi (1950 m)

Remontée jusqu’au terminal du car, de l’autre côté du barrage des Bouillouses – le genou de Nuria est bien enflé, elle va rentrer par le car, et Florence nous apporte le complément de ravitaillement… On longe le lac des Bouillouses par le même chemin que la veille, mais on trouve un gué plus confortable.

Le vent forcit, le ciel se charge : montera-t’on pour bivouaquer vers l’estany Baix (2400 m) et prendre le risque d’une journée de pluie sur le plateau des Camporells ? On décide de descendre vers le lac d’Aude et de rentrer en passant par les Angles, ce qui nous offre 2 nuits abritées en cas de pluie : à la Jaça del Pla del Bouc et à la cabane de la Lladure. Rude remontée jusque vers 2220m, montées descentes, montées, descentes… Balthazar pousse Gispet, qui lui donne un coup de sabot, Gispet ne veut pas passer une petite mouillère. Anes et hommes arrivent fourbus au Jas de Bernardi. Corvée d’eau dans le petit ruisseau Aude. Pluie à 20h30. 6h de marche env., 13 km, D+ 350

Nuria repart avec sa maman pour Les Angles. Visite chez le docteur pour s’assurer que son genou n’a rien de grave. Le ravitaillement amené par Florence nous fait du bien pour le souper ! Nous sommes quelques uns à avoir pris du cassoulet qui se laisse manger après une journée de marche !

Randonnée ânière du groupe famille en Capcir

Vendredi : Jas de Bernardi – Refuge de la Lladure (1770 m)

~~Ciel dégagé, vent frais. Départ par la piste qui longe le parc animalier des Angles, puis la route, raccourcie par la descente d’une piste de ski (les ânes broutent en continu…) - traversée du village avec les ânes apeurés, tenus fermement par la muselière - piste du lièvre, passant par l’Iglesieta de Vallserra, puis longue piste rive droite de la Lladure et bivouac près de la cabane. Le vent est froid dès que le soleil se couche…5 h de marche, 16 km, D+ 150 m

Traversée des Angles : on en profite pour acheter du pain frais pour le pique nique !

Samedi : Refuge de la Lladure –Rieutort

~~Réveil bien frais : le vent souffle toujours et le soleil n’éclaire pas encore les tentes, petit déj dans la cabane - Départ par la piste qui monte à la Creu de la Jaceta (dernière montée ?), puis descend sur la station de ski de Formiguères - piste herbeuse (descendante) jusqu’à Espousouille et retour à Fontrabiouse puis à Rieutort par un joli chemin creux... 3 h30 de marche environ, 12,5 km, D+ 180 m

Ah que c’est bon de prendre le petit déjeuner au chaud dans une cabane ! C’est déjà fini ?! Et oui, 6 jours vite passés et plein de souvenirs dans la tête … Durant la semaine : Quand les chemins n’étaient pas accidentés les enfants pouvaient guider les ânes. Ils s’occupaient aussi de les brosser et de les soigner (surtout au début !!!) Malgré la recommandation de traverser sur les ponts quand les ânes eux traversaient à gué, certains petits aventuriers se risquaient à une traversée à gué à leur risque et péril (plouf !)

Les enfants n’ont jamais dit qu’ils s’ennuyaient ! La nature aura été pour eux un formidable terrain de jeu et de découvertes.

commentaires

Haut de page