Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Skieurs en progression ...mars 2015

par Jerome M 3 Avril 2015, 11:09 ski de randonnée

~~Une nouvelle aventure ski de rando pour le groupe progression nous emmène en ce week-end du 21 et 22 mars dans la vallée du Champsaur, plus précisément dans cette petite bourgade du "bout du monde" le Champoléon. L'équipe s'était donnée rendez-vous le vendredi soir au gîte "les Gondoins", afin d'affronter reposés, les mauvaises prévisions météorologiques du week-end. Après de sympathiques retrouvailles et faire la connaissance des nouveaux venus, Guillaume et Stephan, il est temps pour chacun de choisir sa place dans le dortoir (les araignées elles, avaient choisi les dessus de lit, les poutres et les recoins des murs, quant à nous autres, certains se sont affalés sur les matelas du bas et d'autres en haut se marchant dessus pour accéder à son couchage !!) et de s'endormir dans le silence de la nuit...enfin le silence, beaucoup avaient regretté de ne pas avoir pensé à leurs bouchons d'oreilles !! C'est dans une symphonie de réveils que cette première journée commence : il est 5h45 et tout le monde s'affaire à la préparation des thermos, casse croûte et sac à dos en attendant 6h le service du petit déjeuner, qui, dirons nous, s'est fait attendre. Mais après un rapide petit coup de gueule de Françoise, 6h15 le petit déjeuner était bien là. Alors "petit déjeuner" est le terme exact, surtout petit....du pain oui, mais du pain non grillé et grillé s'il vous plait, 1 petit pot de confiture (pour 5), un peu de beurre, 2 pichets de café et 8 pichets d'eau chaude !! (peut être pour se laver le visage ou se faire un bain de pied). Bref...

Skieurs en progression ...mars 2015

~~Après ce PETIT déjeuner englouti, la finition de nos sacs et la pose des peaux sur nos skis, nous voilà partis en direction de l'aiguille d'Orcières...1300 mètres de dénivelé.

Skieurs en progression ...mars 2015

~~ Skis aux pieds, 7h30, première ascension du week-end, premiers petits soucis techniques pour certaines avec des bâtons qui merdouillent et des fixes qui n'en font qu'à leur tête (merci EXPE) et on enchaîne direct conversions sur conversions sur une pente relativement raide. Heureusement, pour le moment la météo est avec nous, le ciel est très gris, il y a un léger brouillard mais pas de pluie. 8h30, certains ventres gargouilles (du moins le mien) ouah déjà...et oui "pain le matin, ventre qui a faim"...nouveau proverbe !! L'ascension se continue sur un rythme tranquille, dans la joie, la bonne humeur et la transpiration. Il a beau ne pas faire beau il fait quand même chaud....on dirait presque une contrepèterie belge !! Au fur et à mesure de notre progression, le brouillard s'épaissit et les bouteilles d'eau disparaissent mystérieusement. Martine se rend compte qu'elle a pris beaucoup trop d'eau dans son sac et laisse la première bouteille au pied d'un arbre. Michel, gentleman, marque un point GPS pour la récupérer sur le chemin du retour. La deuxième bouteille, sans doute prise de remords d'avoir laissé sa copine 300 mètres plus bas, s'échappe du sac de Camille et telle une luge dévale la pente...tout schuuss (c'est là qu'on s'aperçoit qu'une bouteille ne sait pas prendre de virage) !! Quand à la troisième, je ne sais pas trop ce qui s'est passé, mais dans un malheureux concours de circonstance alors que nous étions proche du sommet, la seconde bouteille de Martine glisse de son sac suivie de très près par son sac lui même. A ce moment là (bon la bouteille a disparu très vite dans le brouillard qui est devenu au fil de la montée très dense et le froid et la neige avaient fait leur apparition) le temps s'arrête, tout le monde se regarde et regarde le sac descendre tranquillement en roulé boulé dans un silence solennel. Soudain, alors que le sac était en train de disparaitre, une voix s'écrie: "Mais qu'est-ce-que vous attendez, descendez le récupérer"... tout le monde alors se retourne vers la voix : Françoise venait de s'exprimer !! _ Petit rappel, à ce moment là de notre progression , la pente était assez raide, glacée, donc en plus des peaux, nous étions équipés de nos couteaux et descendre en ski dans cette configuration n'est pas chose aisée. Ca s'est bien terminé quand même, Martine est descendue avec courage et élégance sauver son précieux !!

Après un bref repas pour reprendre des forces ( les conditions météo nous y contraignent) nous entamons la descente. Michel prend alors la tête des opérations pour nous guider à travers un brouillard épais et hostile.

Après un bref repas pour reprendre des forces ( les conditions météo nous y contraignent) nous entamons la descente. Michel prend alors la tête des opérations pour nous guider à travers un brouillard épais et hostile.

Malgré tout, certains gardent toujours le sourire
Malgré tout, certains gardent toujours le sourire

Malgré tout, certains gardent toujours le sourire

Skieurs en progression ...mars 2015

~~Des quantités impressionnantes de cette neige granuleuse glisse à chaque virage sous nos skis et pose des petits soucis pour s'arrêter. Timur en a fait les frais, et tel un crabe sur le dos débaroulant du haut de la pente, agitant skis et bâtons pour tenter de s'arrêter, en vain, il disparait englouti par le brouillard. A la suite de cet événement, une chasse au trésor s'organise à la recherche du bâton perdu par Timur dans la bataille, bien évidemment retrouvé par l'œil aguerri de Françoise. Le brouillard diminue, histoire de nous situer un peu, Michel retrouve la bouteille rescapée laissée au pied de l'arbre, une minute de silence pour les deux autres, dernière ligne droite à travers la forêt et nous retrouvons nos voitures. Une petite halte dans le chalet de Timur pour finir la journée, bien appréciable, avant et de rejoindre le crépitement d'un bon feu de cheminée au gîte les "Gondoins". Relaxation (sieste pour certains et certaines), étirements, séchage des peaux et des chaussures et très vite le repas est servi dans la salle chauffée par cette belle cheminée et, où la déco de noël n'a pas été enlevée depuis bien des années !! Le repas s'achève sur une note sucrée avec des tourtons "apparemment" aux pommes (je vais leur faire de la pub) et un petit génépi fabriqué par mes soins, devant la chaleur d'un feu de bois. Le sommeil se fait sentir, il est 21h45 et tout le monde s'endort après une journée bien remplie. Dimanche matin même heure, même combat, même PETIT déjeuner !!....et Zut. Non je suis mauvaise langue, le pain avait changé et il a été servi à 6h tapantes... comme quoi le bon coup de gueule de la veille, ça fonctionne !! Hop en voiture, la brouillard est toujours bien présent et la neige a recouvert le sol de 2 à 5 cm dans la nuit. La course choisie pour ce dimanche est l'ascension jusqu'au "col Combeau"...environ 900 mètres de dénivelé.

Départ moins fulgurant que le samedi, par un petit chemin paisible qui sent bon le sous bois mais qui, manifestement, pose quelques petits soucis, morceau sans neige, rocailleux et même un cours d'eau à traverser, nous obligeant à déchausser plusieurs fois.

Départ moins fulgurant que le samedi, par un petit chemin paisible qui sent bon le sous bois mais qui, manifestement, pose quelques petits soucis, morceau sans neige, rocailleux et même un cours d'eau à traverser, nous obligeant à déchausser plusieurs fois.

Skieurs en progression ...mars 2015
Skieurs en progression ...mars 2015

~~Après ce petit périple, la pente devient raide, les conversions reprennent le pas au travers d'une belle forêt blanche et les estomacs crient déjà famine : "pain le matin, ventre qui à faim" !! Heureusement, tout le monde avait prévu plus à manger dans leurs poches et les bouteilles d'eau étaient solidement harnachées !!

Le brouillard s'évanouit progressivement laissant place seulement à de gros nuages gris et même à quelques petites éclaircies, qui redonnent le sourire à Françoise et à tous nos skieurs.

Le brouillard s'évanouit progressivement laissant place seulement à de gros nuages gris et même à quelques petites éclaircies, qui redonnent le sourire à Françoise et à tous nos skieurs.

Skieurs en progression ...mars 2015
La montée s'effectue sans encombre jusqu'au sommet dans un vallonet immaculé de blanc où la vue, magnifique, d'une mer de nuage, prend des allures de cartes postales.
La montée s'effectue sans encombre jusqu'au sommet dans un vallonet immaculé de blanc où la vue, magnifique, d'une mer de nuage, prend des allures de cartes postales.

La montée s'effectue sans encombre jusqu'au sommet dans un vallonet immaculé de blanc où la vue, magnifique, d'une mer de nuage, prend des allures de cartes postales.

"Vue du col Combeau"

"Vue du col Combeau"

~~La visibilité, la largeur de la pente et la neige fraiche tombée la nuit rend la descente incroyablement bonne...des youhou et des cris de joie se font même entendre...un pur régal, énorme. (dommage que personne n'était motivé pour remonter)

Skieurs en progression ...mars 2015

~~Nous nous arrêtons en cours de route au pied de la "cabane du fond de la vallée du sommet de la bute" pour s'abriter un peu du petit vent frais qui s'était levé, de la neige qui avait refait son apparition et surtout pour manger nos victuailles...car grande faim il se faisait !!

~~ Un grand merci à : Françoise DUPRAT, Martine WARZEE, Sylvaine IZE, A F , Camille CRAPART, Sandrine SERRE, Michel AMIC, Guillaume LAVOREL, Stephan MAROBIN, Timur ABDULAMIT d'avoir été parmi nous pour ce super week-end. Une pensée également à tout ceux du groupe progression qui n'ont pas pu venir. FIN du chapitre Champoléon. Compte rendu de Jérôme MIOUSSET

commentaires

Haut de page